XTC The best way to innovation - www.xtc.fr - FR
EN | FR | ES
QUI SOMMES-NOUS ?
EXPERTISE
ARBRES DES TENDANCES™
XTC DATABASE™
ACTUALITÉ / PRESSE
PROCHAINES INTERVENTIONS XTC
DANS LA PRESSE
TV
TRIBUNES
ETATS GÉNÉRAUX DE L’ALIMENTATION. ET SI L’ON RESPONSABILISAIT LE CONSOMMATEUR ?
INNOVER POUR AIDER LE CONSOMMATEUR À MOINS JETER
VOUS AVEZ DIT SANTÉ ?
ON N’A JAMAIS VU UN CONSOMMATEUR DE VRAC ACHETER PLUS QUE DE BESOIN
LES MDD SONT FAITES POUR INNOVER !
POSITIVONS LE DISCOUNT PAR L’INNOVATION.
VARIÉTÉ DES SENS : INNOVATION FACILE, INNOVATION RISQUÉE…
LE MODÈLE ALIMENTAIRE FRANÇAIS PEUT-IL SURVIVRE AU PRÊT À MANGER ?
TENDANCE : LE RETOUR DE L'ÉPLUCHE PATATE !
L'UNIFORMISATION ALIMENTAIRE N'EST PAS POUR DEMAIN
ALIMENTAIRE : MOINS D'INFORMATIONS POUR PLUS DE COMPRÉHENSION
MARKETING DE LA PEUR ET SAVOIR MANGER
LA CRISE ET LE POUVOIR DE « NON ACHAT » DU CONSOMMATEUR
LES NOUVEAUX TERRITOIRES ALIMENTAIRES
ESPACE CLIENT

Etats généraux de l’alimentation.
Et si l’on responsabilisait le consommateur ?

Par Xavier Terlet
Président de XTC world innovation

Aujourd’hui 20 juillet 2017 s’ouvrent les Etats Généraux de l’Alimentation.
Deux grands chantiers :
«Création et répartition de la valeur» et «Alimentation saine, sure, durable et accessible à tous»
Chaque acteur de l’offre (l’éleveur, le producteur, le transformateur, le distributeur) se félicite de l’initiative et s’interroge sur la capacité de l’autre à plus de confiance et de transparence. Je crains, malheureusement, que l’on parte battu une fois de plus en voyant dans ces EGA une machine à débats – où chacun restera sur sa posture habituelle, qui accouchera de quelques réglementations supplémentaires, contraignantes et inefficaces.
Les acteurs de l’offre répondent ensemble à une demande. Du producteur au distributeur, chacun avec son expertise : le producteur produit, le transformateur transforme et le distributeur distribue … Chacun et c’est bien normal a pour objectif de créer de la valeur … pour son entreprise et ses collaborateurs. Et l’on attend déjà les discours de posture habituels :
Celui de l’éleveur en danger car non rémunéré au juste prix. Celui du transformateur qui doit investir pour produire une alimentation de qualité toujours plus sûre. Et enfin l’argument du distributeur qui sait mieux que personne, qu’à bénéfice égal, le consommateur choisira toujours le moins cher.
Et disons-le, ils ont tous raison. Il est donc évident que si la règlementation pour des usages commerciaux plus harmonieux entre acteurs est fondamentale, nécessaire elle ne sera pas suffisante.
Il est urgent, à mon avis, d’appréhender le problème différemment.
Agir sur le consommateur est une solution
Différemment, c’est par exemple admettre que les leviers d’action sont moins du côté des acteurs de l’offre que de la demande. La demande en matière d’alimentation, c’est le consommateur. Celui qui au bout du compte achètera ou n’achètera pas le produit qu’on lui propose.
Oui le consommateur cherche toujours le prix bas. Mais il peut dépenser quelques centimes de plus pour son litre de lait quand on lui explique que l’éleveur sera justement rémunéré. Le succès de la gamme « c’est qui le patron ?» le prouve.
Oui le consommateur cherchera et achètera le steak haché le moins cher. Il refusera le produit si il a des doutes sur l’origine ou sur l’innocuité de la viande et ira vers un produit plus sûr même si plus cher.
La demande et la consommation de produit « bio » en France n’a jamais été aussi forte. La production nationale ne suffit pas. C’est bien la preuve que le consommateur peut être prêt à payer la valeur ajoutée qu’on lui propose. On voit bien par ces quelques exemples qu’agir sur le consommateur est la solution. Car Leclerc et consort n’ont qu’un patron, c’est justement le consommateur. Et si le consommateur veut de la valeur, l’offre suivra et tous ses acteurs y trouveront leur compte. C’est ce que j’appelle le renouveau vertueux d’une meilleure alimentation.
Le 12 juillet dernier l’Anses a publié sa troisième étude sur les habitudes alimentaires des Français. Réalisée tous les sept ans, elle constitue la photographie la plus complète du contenu de nos assiettes. En analysant à la fois les apports nutritionnels bénéfiques et les expositions à des substances néfastes, l’établissement public cherche à mieux prévenir les maladies et à améliorer la santé des Français. Le résultat de cette étude est alarmant. Et montre des mauvais choix alimentaires et un niveau d’activité physique nettement insuffisant.
Alors comment agir sur le consommateur ?
Je crois que la réponse passe par la responsabilisation du consommateur tout en lui donnant, bien sûr, l’information qui justifie cette prise de responsabilité.
Parce qu’une mère ou un père de famille qui a le choix est responsable de ce qu’il achète ou n’achète pas, responsable de ce qu’il mange ou pas.
En laissant son enfant se goinfrer de chips de de soda devant son écran sans faire de sport, il est responsable de sa future obésité, de son futur accident cardio vasculaire…
Responsable, mais est-il coupable s’il ne sait pas la différence entre le produit A ou le produit B ? Est-il coupable s’il ne connait pas les règles basiques d’une alimentation équilibrée ? Si on lui explique, si on le sensibilise, si on l’informe de ce qui est mieux pour sa santé, pour celle de ses enfants, mieux pour celui qui fabrique le produit, mieux pour le bien-être animal, pour la planète et les générations futures … il pourra accorder plus de valeur à ce qu’il achète et changer ses choix et ses comportements. On peut me rétorquer que cette information existe. Peut-être mais force est de constater qu’à part une minorité d’initiés, le consommateur n’en retient pas grand-chose.
Une étude TNS Sofres montrait il y a peu qu’un consommateur sur deux n’associait pas lipide à graisse ou glucide à sucre… On lui parle nutrition, le consommateur n’entend pas, ne comprend pas. Un enfant sur deux à 7 ans (et de nombreux adultes aussi) pense que manger des pommes de terre c’est manger des légumes. Deux sur trois au même âge ne savent pas reconnaitre une courgette….
Vers une sensibilisation des futurs acheteurs
On voit donc que le principal levier vers plus de valeur de l’alimentation se situe là : chez l’enfant. Et c’est sans doute le plus efficace tant les mauvaises habitudes des parents sont difficiles à modifier. Imaginons un instant, une heure d’éducation alimentaire par semaine à l’école en primaire.Pour connaitre les produits, leur origine, les bienfaits, la préparation de ces produits, comment les consommer, les choisir, comment faire soi-même, comment organiser un repas, une journée alimentaire… etc.
Imaginons un instant cet enfant rentrer chez lui et inciter ses parents à faire autrement… Imaginons un instant cette génération initiée et sensibilisée remplir le chariot dans un supermarché quinze ans plus tard… le contenu de ce chariot sera bien différent d’aujourd’hui.
Le bénéfice serait pour le coup vraiment partagé : plus de plaisir et une meilleure santé pour le consommateur (avec la baisse des budgets de santé publique qui l’accompagne) et enfin plus de valeur pour tous les acteurs de l’offre.
Nos deux grands chantiers auraient bien progressé.

Actualité / Presse
SIAL

SIAL Jakarta
22-25 Novembre 2017
www.sialinterfood.com

SIAL Abu Dhabi
11-13 Décembre 2017
www.sialme.com

En savoir +
Presse

• Marie Claire "Demain, tous flexitariens ? " 04/2017

• Food Morning #3 "L'innovation moteur du sans frontière " 04/2017

• LSA "Les aliments enrichis parient sur le naturel " 04/2017

En savoir +

XTC database TM est la base de données mondiale des produits alimentaires innovants
Alimentée quotidiennement, elle permet de connaître, à tout moment, les nouvelles solutions innovantes proposées aux consommateurs dans le monde entier.

Rigoureusement qualifiée, elle autorise toutes les recherches par croisement de critères et de mots-clefs quels que soient vos centres d’intérêt : R&D, marketing, emballage, design, ...

Veille - Etudes - Innoscope MDD - Panorama Mondial de l'innovation  - Etudes à la carte - Cahier de tendance XTC FutureFood  - Conseil-Génération de concepts - Arbre des Tendances - Base de données XTC database tm - Nouveaux produits - SIAL - FMCG (Fast Moving Consumer Goods) / CPG (Consumer Packaged Goods) - Tendances Alimentaires et Prospective - nouvelles innovations - innovations produits - alimentation de demain - nutrition santé - new products database - new product - veille nouveaux produits - veille innovation - veille tendances - veille MDD - Marques de distributeurs - new product database - new product development -  innovation produit - Food Innovation Lab - insight - Innoscope MDD

Web agency : Blue acacia  |   Mentions légales  |   S’inscrire à la newsletter  |   Ajouter aux favoris  |   Faire connaître  |   Plan du site  |   Copyright © 2017 XTC

XTC Amérique du Nord
(Etats-Unis - Canada)
contact@xtcworldinnovation.com

XTC Amérique Latine

contact@xtcworldinnovation.com

XTC Europe
Tel : +33 (0) 1 4700 7400
contact@xtcworldinnovation.com